France-Algérie : Non, Camus ne peut pas être un réconciliateur

Le nom de Camus s’étale aujourd’hui à longueur de colonnes. Sans nul doute est-ce mérité : il s’agit après tout de l’un des plus grands écrivains français du 20ème siècle. Sans nul doute aussi n’est-ce que justice après cette forme de mépris affectueux dont l’a giflé, pendant un long moment, l’intelligentsia française dans le giron de Sartre, qui le tenait pour un piètre philosophe. Sans nul doute aussi est-on désespérément en quête de modèle puissant, de figures auxquelles s’identifier. De maître à penser. La réhabilitation de sa « pensée du midi » par Onfray, pour poussive qu’elle fût, a contribué à mettre en lumière la richesse de ses écrits. Et la sortie en salles du film de Gianni Amélio, adapté du roman autobiographique inachevé de Camus, Le Premier homme (publié par sa fille en 1994)s’inscrit dans ce contexte où Camus, déifié littérairement, réhabilité philosophiquement, loué politiquement, est aussi en voie d’être statufié historiquement pour son rôle de réconciliateur des mémoires entre la France et l’Algérie.

Ecrivain admirable, homme de gauche lucide, Camus fut un résistant et un combattant de la première heure de la misère sociale et du dépouillement forcé des « indigènes ». Il la côtoya lui-même, un assez long moment, et ses écrits sur la Kabylie publiés dans les années 30 dans Alger Républicain sont encore là pour en témoigner. Dans Le Premier homme, d’ailleurs, il évoquait les silhouettes faméliques des Arabes et, en les observant à l’école, il comprenait et s’indignait de leur pauvreté. Mais pour lui, il n’y avait pas de différence fondamentale entre les Européens pauvres et les pauvres indigènes : tous constituaient ces « forces prolétariennes » dont le souci motiva son adhésion au Parti communiste, le seul parti selon lui qui se préoccupait vraiment des plus démunis. Et s’il n’y avait pas de différence de nature, il n’y avait donc pas lieu de les distinguer, encore moins de les séparer. C’est aussi pourquoi jamais il ne se vit ni se pensa comme un colon. Pour lui, les colons, c’était « les autres », ces gens du dessus, bourgeois et de droite, qui exploitaient les masses laborieuses, Européens et indigènes réunis.

Mais ce que Camus n’a pas vu, n’a pas perçu, n’a pas conçu, c’est que la pathologie sociale qui le répugnait tant lorsqu’il observait et disséquait avec talent la condition des Kabyles, était alors le produit, en même temps que d’une exploitation sociale, d’une ségrégation raciale, d’une mécanique de séparation, qui ne disait pas son nom. Il ne voulait pas d’une séparation, mais il ne comprit pas que la société coloniale était ontologiquement une société de séparation. Car il n’y avait pas tant, dans l’Algérie coloniale, une différence de ressources entre les Européens et les indigènes, qu’une différence, monumentale, de statut : l’Européen était citoyen, l’indigène non. Et s’il y eut parfois communion dans la misère, celle-ci n’a jamais aboli les frontières juridiques de l’inégalité et l’infériorité mise en œuvre par le système colonial qui faisait de l’indigène, non un sous-homme, mais un sous-citoyen.

Le cheminement intellectuel de Camus prit un tour plus radical au moment du déclenchement de la guerre d’Algérie, qu’il ressentit comme une déchirure physique. Partisan de l’assimilation, il ne reconnaîtra jamais comme légitime l’aspiration des « indigènes », du moins telle que mise en œuvre par le FLN, à conquérir leur indépendance, c’est-à-dire à se défaire par la force du joug colonial. Peu à peu, sa position d’équilibre d’avant 1954 se radicalisa, a contrario d’un Jean Amrouche, par exemple, qui s’engagea lui fermement en faveur des insurgés. A Jean Amrouche, d’ailleurs, il écrivait ceci en 1954, au lendemain de la « Toussaint rouge » : «Tirer, ou justifier qu’on tire sur les Français d’Algérie en général, et pris comme tels, c’est tirer sur les miens, qui ont toujours été pauvres et sans haine et qui ne peuvent être confondus dans une injuste révolte. » Plus tard, en 1957, Camus déclarait : « J’ai toujours condamné la terreur. Je dois condamner aussi un terrorisme qui s’exerce aveuglément, dans les rues d’Alger par exemple, et qui un jour peut frapper ma mère ou ma famille. Je crois en la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice. » Cette phrase, demeurée célèbre, suscita immédiatement une vaste polémique. Encore aujourd’hui, elle suffit à elle seule, aux yeux de beaucoup, à disqualifier la position de Camus sur la question algérienne. Camus, à l’évidence, avait choisi son camp. En 1958, dans Actuelles III, il écrivait ceci : «Autant sont légitimes la dénonciation du colonialisme, de l’attitude méprisante des Français, d’une répartition agraire injuste et d’une assimilation toujours proposée mais jamais réalisée, autant est illégitime le concept de nation algérienne ». Camus ne divergera pas de cette ligne jusqu’à sa mort le 4 janvier 1960, six mois avant la proclamation de l’indépendance de l’Algérie.

En juin 1985, Albert Memmi, l’auteur du célèbre Portrait du colonisé, disait ceci à propos de Camus : « Je ne lui fais pas grief de n’avoir su parler que des siens propres. Chacun doit parler de ce qu’il connaît le mieux… mais lorsque les Algériens ont commencé à réclamer leur liberté politique, il n’a pas vu qu’il s’agissait d’une revendication nationale, il a mésestimé le fait national algérien. »

On peut donc réhabiliter Camus sur le plan philosophique, voir en lui– ce qui est mon cas – l’un des plus merveilleux écrivains français de tous les temps, on peut lui reconnaître des positions courageuses sur le stalinisme, un investissement sans faille en faveur de la Résistance, mais on ne peut en faire, sur la question algérienne, aujourd’hui comme hier, le symbole d’une réconciliation entre les Français et les Algériens.

Advertisements

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Younès A. dit :

    tres bon article, merci pour ce point de vue. Camus a beaucoup de qualités mais il n’a rien vu et rien compris à ce qu’il se passait en Algérie. Il est resté prisonnier de son héritage.

  2. N. BOUMRICHE dit :

    Pathétique. Vraiment désolant. Un grain, plus grand qu’une montagne ! Mais voilà, une autre image durcie, de tout ce quoi certains intellectuels algériens n’ont jamais cessé de fantasmer sur la figure écrasante de Camus. Image du Père. A vouloir écraser ; mais rien ni personne ne peut. L’homme révolté résiste bien parce qu’il est de ce roc bien méditerranéenne difficile à briser. Cela concourt d’une certaine pathologie indéfinie ; les attaques pleuvent depuis plusieurs décennies sans répit. Toutes les occasions sont bonnes pour tirer ses boulets fantasmagoriques à vouloir ruiner quoi ?
    Non, bien sûr, Camus n’est ni Français ni Algérien. Ses refus actuels ou posthumes (historiquement ou philosophiquement compris) peuvent s’expliquer pour sa viscérale désobéissance à être un enfant de Panurge. Il refusait à être le dindon d’une farce qui sentait la bergerie dents acérées.
    Nous sommes un peuple fait de plusieurs ciments. Pétrifiées, les graines d’impossible mémoire.
    Les volontés de Camus, toutes, non-dites et censurées et tues sciemment et consciencieusement aujourd’hui même par ses pourfendeurs et laudateurs attitrés ou pas, ne pouvaient une réalisation à une époque où c’était la poudre qui ânonnait ses seules vérités. Les mots et appels de Camus étaient interdits par ceux mêmes de « sa » propre communauté ! Je ne sais laquelle ! Pervertir, telle la facilité de tous les castrats d’esprit. Ne pas reconnaitre à l’homme son combat singulier et marginalisé, ce peut être l’impossible de lire autrement des faits historiques qu’avec des lorgnettes nationalistes. De bon aloi que ces lorgnettes de vaudeville !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s